titillation

titillation [ titijasjɔ̃; titilasjɔ̃ ] n. f.
• 1327; lat. titillatio
Littér. ou plaisant Action de titiller, sensation qu'elle provoque. chatouillement. « un chatouillement si vif, des titillations de volupté si piquantes » (Sade). Fig. « Cette âme, fière et dure, était plus sensible aux titillations de la haine qu'elle ne l'avait été naguère aux caresses de l'amour » (Balzac).

titillation nom féminin (latin titillatio) Littéraire. Léger chatouillement agréable. ● titillation (difficultés) nom féminin (latin titillatio) Prononciation [&ph104;&ph93;&ph104;&ph93;&ph94;&ph85;&ph103;&ph94;̃], avec le son ya comme dans paillasson, ou [&ph104;&ph93;&ph104;&ph93;&ph96;&ph85;&ph103;&ph94;̃], avec le son la comme dans salade. La prononciation avec le son ya est beaucoup plus fréquente.

⇒TITILLATION, subst. fém.
A. — Vieilli. Légère agitation que l'on observe dans certains corps. La titillation du vin de Champagne (Ac. 1798). Un mouvement de titillation; la titillation de la fièvre (BESCH. 1845). P. méton. Nous n'entendions que la titillation éloignée et intermittente de la cascade (LAMART., Raphaël, 1849, p. 207).
Être en titillation. Par une juste compensation, l'action de boire peut, (...) nous procurer des jouissances extrêmement vives; et quand on apaise une soif à haut degré, ou qu'à une soif modérée on oppose une boisson délicieuse, tout l'appareil papillaire est en titillation, depuis la pointe de la langue jusque dans les profondeurs de l'estomac (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 129).
B. — Littér. ou p. plaisant. Action de titiller; état, sensation provoquée.
1. (Sensation de) chatouillement léger et répété. Les titillations produisent des actes réflexes particuliers selon les régions excitées: les nausées et le vomissement, s'il s'agit de l'arrière-bouche, l'éternuement, s'il s'agit des fosses nasales (Méd. Biol. t. 3 1972). [Avec une résonance érotique] Certaines femmes (...) ont une sensibilité spéciale du mamelon telle que sa titillation provoque la congestion des organes génitaux (APERT ds Nouv. Traité Méd. fasc. 8 1925, p. 418).
2. Sensation physique agréable et légère provoquée par une satisfaction d'ordre mental; excitation. Les jouissances de l'amour-propre d'auteur ont quelque chose d'un plaisir physique. Tous les traits s'épanouissent et il y a visiblement dans toute la personne une titillation voluptueuse (CONSTANT, Journaux, 1804, p. 126). Cette titillation intime que je ressens à la vue d'une statuette ou d'un masque nègre, rappel lancinant de l'idole qui me terrorisait dans mon enfance (CENDRARS, Lotiss. ciel, 1949, p. 257).
3. Au fig. Excitation de l'esprit légère et généralement agréable. Cette âme, fière et dure, était plus sensible aux titillations de la haine qu'elle ne l'avait été naguère aux caresses de l'amour (BALZAC, Langeais, 1834, p. 291). Il y a le plaisir de passer pour ce qu'on n'est pas, à condition que cela vous déconsidère un peu; je ne sais si ce plaisir est aristocratique, mais il me cause une titillation (MONTHERL., Pitié femmes, 1936, p. 1196).
Prononc. et Orth.:[], [-l(l)]. LITTRÉ, BARBEAU-RODHE 1930 [ll] pour titillation et titiller; WARN. 1968 [ll] parfois [l], Pt ROB. [(l)l] cour. [j]; MARTINET-WALTER 1973 [j], [(l)] pour titillation mais [j] en majorité pour titiller; Lar. Lang. fr., ROB. 1985 [j] pour titillant, titillation et titiller. V. scintiller. Att. ds Ac. dep. 1778. Étymol. et Hist. 1495 titilation (J. DE VIGNAY, Mir. histor., XX, 107, éd. 1531 ds GDF. Compl.). Empr. au lat. titillatio, -onis « id. », formé sur le supin titillatum de titillare « titiller ». Fréq. abs. littér.:13.

titillation [titijɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1495; lat. titillatio, de titillare. → Titiller.
1 Littér. ou par plais. Action de titiller, état et sensation qu'elle provoque. Chatouillement; caresse (→ Jouissance, cit. 1).Fig. (→ ci-dessous, cit. 1).
1 Mais, le moral à part, si tu te représentais quelles sont les sensations physiques de ce divin goût, il est impossible d'y tenir, c'est un chatouillement si vif, des titillations de volupté si piquantes… on perd l'esprit… on déraisonne (…)
Sade, Justine…, t. I, p. 76.
2 Les tourbillons sont partout, et j'en suis un aussi. Le chaud, le froid. Mal. Les picotements, les titillations. La langue s'enroule dans ma bouche, les souffles passent faiblement.
J.-M. G. Le Clézio, la Fièvre, p. 105.
2 (1834, cit. 3). Fig. Action ou effet de ce qui excite agréablement et légèrement.
3 Cette âme, fière et dure, était plus sensible aux titillations de la haine qu'elle ne l'avait été naguère aux caresses de l'amour.
Balzac, la Duchesse de Langeais, Pl., t. V, p. 205.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Titillation — Tit il*la tion, n. [L. titillatio: cf. F. titillation.] 1. The act of tickling, or the state of being tickled; a tickling sensation. A. Tucker. [1913 Webster] 2. Any pleasurable sensation. [1913 Webster] Those titillations that reach no higher… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Titillation — (v. lat.), so v.w. Kitzel …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Titillation — Titillation, Kitzel, Hustenreiz …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • titillation — (n.) early 15c., pleasing excitement, from L. titillationem (nom. titillatio) a tickling, noun of action from pp. stem of titillare to tickle, imitative of giggling …   Etymology dictionary

  • TITILLATION — s. f. (On prononce les L, mais sans les mouiller.) Légère agitation qui se remarque dans certains corps. Un mouvement de titillation. La titillation de la fibre.   Il signifie aussi, Chatouillement. Une titillation agréable. Une titillation… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • titillation — (ti til la sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f. Léger chatouillement qui ne produit qu une sensation agréable. REMARQUE    Outre le sens de chatouillement, l Académie donne à titillation celui de légère agitation qui se remarque dans certains… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TITILLATION — n. f. Chatouillement léger. Une titillation agréable. Une titillation incommode …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • titillation — titillate ► VERB 1) arouse (someone) to mild excitement or interest. 2) archaic lightly touch; tickle. DERIVATIVES titillation noun. ORIGIN Latin titillare tickle …   English terms dictionary

  • titillation — noun see titillate …   New Collegiate Dictionary

  • titillation — See titillater. * * * …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.